| |

Perte de cheveux, stress : que dit la science ?

Perte de cheveux stress - que dit la science

Vous avez une chute de cheveux impressionnante et vous en ignorez la raison ? 

Il est tout à fait normal de perdre entre 50 à 100 cheveux par jour, mais si vous voyez de plus en plus de cheveux que d’habitude sur votre brosse ou dans le siphon de votre douche, il est peut-être temps de s’y pencher sérieusement.

La perte de cheveux liée au stress est un problème courant qui peut être causé par de nombreux facteurs, notamment l’alimentation, la génétique, le mode de vie, les déséquilibres hormonaux et – surtout ! – le niveau de stress.

Lisez cet article jusqu’au bout et apprenez à les comprendre et à les gérer vous-même avec des solutions accessibles et efficaces recommandées par les médecins et les spécialistes.

Le stress peut-il vraiment provoquer la perte de cheveux ?

Oui, la perte de cheveux peut être liée au stress selon le médecin psychiatre Daniel Hall-Flavin de Mayo Clinic

Il existe 3 types de chute de cheveux liée au stress. En les comprenant mieux, vous pourrez prendre des mesures plus adaptées à votre cas :

Effluvium télogène

L’effluvium télogène ou la chute de cheveux réactionnelle, un type de perte de cheveux liée au stress, se produit lorsque le cycle de croissance des follicules pileux est interrompu.

Il se produit généralement en réponse à des événements qui provoquent un stress physique ou émotionnel soudain, tels qu’un accouchement, une maladie grave, une intervention chirurgicale ou une perte de poids importante.

Effluvium télogène stress

Dans le cas de l’effluvium télogène, ces événements stressants peuvent faire entrer les follicules pileux dans la phase télogène, qui correspond à la fin de phase du cycle de vie du follicule (autrement dit, sa mort). Au cours de cette phase télogène, la production de cheveux diminue, ce qui peut entraîner un amincissement et une réduction du volume global des cheveux au fil du temps. 

La bonne nouvelle, c’est que ce type de chute de cheveux est généralement temporaire et se résorbe de lui-même dès que la cause sous-jacente (le stress) disparaît.

Alopécie areata (pelade)

L’alopécie areata ou la pelade est une maladie auto-immune caractérisée par une perte de cheveux rapide, inégale et non cicatricielle sur une zone localisée du corps chez les hommes, les femmes et même les enfants. 

On pense généralement que ce type de perte de cheveux est lié au stress, car on peut en être atteint après avoir vécu un événement traumatisant ou des périodes prolongées d’inquiétude ou d’anxiété, sans pour autant présenter des problèmes de peau comme l’éruption cutanée

Alopecia areata stress

On pense que le stress incite le système immunitaire à attaquer par erreur les follicules pileux, ce qui les rend dormants et entraîne une chute de cheveux sur la tête ou ailleurs sur le corps.

De plus, des recherches ont montré que les personnes atteintes d’alopécie areata présentent des niveaux élevés d’hormones de stress telles que le cortisol dans le sang, par rapport aux personnes non atteintes.

Trichotillomanie

La trichotillomanie est un type de chute de cheveux liée au stress, qui est causée par l’arrachage répété de ses propres cheveux. Ce trouble se caractérise par de fortes pulsions et un sentiment de satisfaction à s’arracher les cheveux, ce qui peut entraîner des sentiments de culpabilité et de honte par la suite.

Malheureusement, même lorsque les personnes stressées sont conscientes de ce qu’elles font, elles n’ont pas toujours le contrôle nécessaire pour s’empêcher d’endommager davantage leurs propres follicules pileux, ce qui entraîne une perte de cheveux permanente. 

Trichotillomanie stress

Les personnes qui s’arrachent les cheveux peuvent viser les cheveux du cuir chevelu, les poils pubiens, les poils axillaires (pilosité des aisselles), les sourcils ou les cils lorsqu’elles adoptent ce comportement, ce qui entraîne un amincissement ou une calvitie de ces zones.

Le stress, l’anxiété ou l’ennui sont les déclencheurs les plus courants de ce trouble compulsif. Cependant, la trichotillomanie passe souvent inaperçue, car de nombreuses personnes tentent de dissimuler ses symptômes.

Comment savoir si ma perte de cheveux est due au stress ?

Selon le docteur Angela Phippsexperte en chirurgie de restauration capillaire – il n’est pas toujours évident de déterminer si la perte de cheveux est due au stress ou à un autre problème médical. Pour le savoir, il est important d’être attentif à son corps, à ses hormones et aux symptômes physiques et psychologiques que l’on ressent.

Si une augmentation des facteurs de stress s’accompagne d’une chute de cheveux soudaine ou incessante, il est probable que la chute de cheveux soit causée par le stress. 

Parmi les autres indications, citons les changements dans les habitudes de sommeil (insomnie), la fatigue, les tensions musculaires, les troubles digestifs, les crises d’urticaire, les sautes d’humeur et les maux de tête récurrents.

La consultation d’un professionnel de la santé permet de clarifier davantage les causes potentielles et permet d’exclure tout problème médical sous-jacent avant d’attribuer la perte de cheveux au stress.

La perte de cheveux due au stress est-elle permanente ?

Non. Pas nécessairement, toujours selon le Dr Angela Phipps.

La chute de cheveux due au stress peut être permanente dans certains cas, généralement lorsque des problèmes de santé majeurs accompagnent la perte de cheveux ou si une personne continue à subir des niveaux élevés de stress pendant de longues périodes. 

Toutefois, dans la plupart des cas, les cheveux repoussent une fois que la source de stress a été résolue et traitée. Mais la vitesse et la quantité de repousse seront différentes pour chacun.

La repousse se déroule en quatre phases distinctes. (1

  • La phase anagène est la phase de croissance qui se produit lorsque les cellules de vos follicules pileux se divisent rapidement et produisent de nouveaux cheveux. Au cours de cette phase, vos cheveux peuvent pousser jusqu’à un centimètre par mois. 
  • La phase catagène est la phase de transition au cours de laquelle la croissance des cheveux ralentit. Cette phrase ne dure qu’environ 2 semaines.
  • La phase télogène annonce le début de la fin. C’est une phase de repos qui peut durer jusqu’à 3 mois. 
  • La phase exogène marque la fin de la repousse et la mort du cheveu. Elle annonce également une nouvelle phase de croissance.

4 solutions pour lutter contre la chute de cheveux liée au stress

Vous avez surement entendu ici et là qu’il faudrait utiliser tels produits de soin, limiter l’utilisation des shampoings, stimuler régulièrement son cuir chevelu et mieux hydrater ses cheveux pour lutter contre les chutes capillaires.

Cependant, ces méthodes sont tout simplement inefficaces si la source du problème est le stress car vous n’attaquez pas le problème à la racine. La seule manière viable dans ce cas c’est de réduire le stress et par exemple d’apprendre à l’apprivoiser en consultant un thérapeute.

Voici quelques conseils prouvées scientifiquement et accessibles à tout le monde pour lutter contre la chute de cheveux liée au stress :

Améliorer son alimentation

Alimentation - perte de cheveux stress

Si vous cherchez un moyen simple de gérer votre stress tout en conservant une chevelure saine et abondante, la prise de compléments alimentaires ou l’intégration des aliments ci-dessous dans votre régime alimentaire ne manquera pas de vous apporter des résultats positifs :

  • Les acides gras (oméga-3) : Le saumon, les avocats et les noix. 
  • Le fer : Les lentilles, les algues et la spiruline.
  • Les vitamines B : Les œufs, les légumineuses et les poissons. 
  • Le zinc : Les épinards, le chou frisé, les huîtres, céréales complètes. 

Si vous ne connaissez pas encore la neuro-nutrition, j’ai rédigé un article approfondi sur le sujet. Cliquez ici pour le lire.

Se relaxer avec les massages

massage - chute de cheveux stress

Le massage contribue à réduire le cortisol (hormone du stress), qui a été associé à l’amincissement et à la chute des cheveux.

Il peut aider à réduire le stress, à soulager l’anxiété ou la dépression et donc à optimiser la santé mentale en favorisant la libération de la sérotonine et de la dopamine (hormones liées au bien-être). (3)

En se concentrant sur les tissus du cuir chevelu et de la tige du cheveu, le massage peut également favoriser une circulation sanguine plus saine qui apporte des nutriments importants aux follicules.

Enfin, le massage encourage un sommeil réparateur, ce qui permet aux systèmes corporels de se réinitialiser plus facilement, donnant à l’esprit et au corps un regain d’énergie bien nécessaire à la réduction du stress.

Apprendre à respirer

respiration - alopécie liée au stress

Pour faire face à l’alopécie liée au stress, les exercices de respiration font partie du gratin des pratiques anti-stress recommandées par les experts et les études scientifiques. 

En adoptant des techniques de respiration profonde et consciente comme la respiration 4×4 ou la cohérence cardiaque, nous pouvons réduire la quantité de cortisol libérée dans notre organisme et limiter ainsi les dommages causés à nos follicules pileux. 

Non seulement cela nous aide à préserver la santé de nos cheveux, mais la relaxation physique provoquée par la respiration nous aide également à éliminer les toxines, à renforcer notre système immunitaire et à améliorer la qualité de notre sommeil en traitant la cause première du problème : le stress !

Faire du sport pour libérer des endorphines

L’exercice physique libère des endorphines dans le cerveau, dont il a été prouvé qu’elles réduisent l’anxiété et le niveau de stress tout en améliorant l’humeur et en réduisant les douleurs.(2

sport - pertes de cheveux - solutions

Par ailleurs, une activité physique régulière maintient l’équilibre hormonal et renforce le système immunitaire, deux facteurs clés pour une croissance saine des cheveux. 

Enfin, le sport augmente la circulation sanguine, ce qui permet d’acheminer les nutriments nécessaires vers le cuir chevelu et d’améliorer son état de santé général. 

Ainsi, avec un bon programme d’exercice physique combiné à une alimentation saine et à des habitudes de soins personnels, vous pourriez être sur la bonne voie pour éviter la chute de cheveux due au stress.

Questions fréquemment posées sur les chutes de cheveux

Que retenir sur les pertes de cheveux ?

On dit souvent que le stress est le reflet de notre santé mentale et physique et c’est bien le cas de le dire.

Dans notre cas, le stress peut effectivement être lié à la chute de cheveux sous diverses formes. L’effluvium télogène, l’alopécie areata et la trichotillomanie sont tous des types de perte de cheveux qui peuvent survenir à la suite d’un stress physique ou émotionnel

Les effets de cette condition ne sont pas permanents et ils peuvent être gérés par un traitement approprié. Pour prévenir ou minimiser les dommages, il est essentiel de reconnaître les symptômes du stress et de prendre des mesures pour le réduire.

Manger sainement, apprendre à respirer, faire de l’exercice régulièrement, prendre soin de notre santé mentale et dormir suffisamment d’heures chaque nuit sont d’excellents moyens de réduire le niveau de stress afin d’optimiser le bien-être

Enfin, gardez en tête que ces méthodes ne remplacent pas les traitements d’un médecin mais apportent un soutien supplémentaire.

  • (1) https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fcell.2022.899095/full 
  • (2) https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/6091217/ 
  • (3) https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/00207450590956459
  • Image Alopécie areata : Thirunavukkarasye-Raveendran
  • Image Trichotillomanie : Skitterphoto via Pexels
  • Image saumon : Engin Akyurt via Pexels
  • Image massage : cottonbro studio via Pexels
  • Image respiration : Darina Belonogova via Pexels
  • Image sport : Roman Davayposmotrim via Pexels
Merci de votre partage :)

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *