| |

Neuro-nutrition et stress : la recette pour une santé mentale équilibrée !

Neuro-nutrition et stress - la recette pour une santé mentale équilibrée

Si vous cherchez un moyen de surmonter le stress tout en stimulant les capacités de votre cerveau, la neuro-nutrition peut vous aider.

Combinant les neurosciences, la psychologie et la nutrition en une seule discipline scientifique étonnante, la neuro-nutrition (ou la psycho-neuro-nutrition) apporte à votre corps tout ce dont il a besoin pour que vous puissiez bénéficier d’un meilleur fonctionnement cognitif et une santé mentale équilibrée.

En lisant cet article jusqu’à la fin, vous apprendrez : 

  • A gérer votre stress avec la neuro-nutrition
  • Les liens qui existent entre les neurosciences, la nutrition et stress
  • Dans quels autres cas la neuro-nutrition peut vous aider

Qu’est-ce que la neuro-nutrition ?

La nutrition du cerveau

Créée en 2009 par le Dr Olivier Coudron de l’institut SiiN (Institut scientifique pour la nutrition intelligente), la neuro-nutrition est une nouvelle discipline scientifique consacrée à la nutrition du cerveau. 

Ce domaine d’étude en plein essor cherche à comprendre comment notre alimentation affecte notre santé mentale et notre bien-être. Il tire parti de la recherche sur la chronobiologie, les micronutriments et leurs effets sur le comportement ainsi que l’humeur et la cognition pour obtenir des bénéfices optimaux pour la santé et notre cerveau.

Les neurosciences de la nutrition

Au carrefour des approches classiques de la nutrition et des neurosciences. Certains décrivent cette discipline comme la neuro–psycho-nutrition ou les neurosciences de la nutrition car elle a pour ambition d‘optimiser les fonctions cérébrales et les fonctions psychiques en approvisionnant les besoins nutritionnels et fonctionnels du cerveau.

Neurosciences, nutrition et stress : quels liens ?

Neurosciences cerveau nutrition et stress - quels liens

Les recherches émergentes dans le domaine des neurosciences, de la nutrition et du stress fournissent des preuves irréfutables de l’étroite relation entre ces trois thèmes. 

  • Les neurosciences examinent à la fois les activités mentales et les comportements émotionnels qui fonctionnent ensemble pour réguler le système de réponse au stress de l’organisme. 
  • Les recherches sur la nutrition expliquent que la façon dont nous nourrissons notre corps influe sur sa vulnérabilité aux déclencheurs émotionnels ou aux facteurs de stress externes ; une alimentation équilibrée contribue à activer la libération de neurotransmetteurs chargés de nous calmer (ex : sérotonine, ocytocine, endorphine, GABA, dopamine). 
  • Si nous combinons ces deux idées, la façon dont nous nous nourrissons peut contribuer à garantir que notre cerveau dispose de ce dont il a besoin pour mieux gérer les défis posés par les situations stressantes.

Allons plus en détails : 

1. Le stress impacte la nutrition et la prise de poids (et la nutrition affecte la santé mentale)

Le stress impacte la nutrition - la neuro-nutrition affecte la santé mentale

En situation de stress, nous sommes attirés par le sucre, les aliments transformés et riches en graisse

Lorsque nous sommes stressés, le corps produit des hormones comme le cortisol, ce qui, pour de nombreuses personnes, peut entraîner une augmentation de l’appétit pour les aliments sucrés et gras. 

Découvrez notre article sur : Comment baisser le cortisol rapidement ?

Le stress chronique peut provoquer une prise de poids et une hausse de la glycémie

Des études ont également montré que les personnes souffrant de stress prolongé ou chronique prennent souvent des kilos superflus, généralement autour du ventre, et souffrent d’une augmentation de la glycémie. 

Avec le temps, ces effets peuvent conduire à l’obésité ou au diabète de type 2 et exposer une personne à d’autres problèmes physiques tels que l’hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux et d’autres diagnostics potentiellement mortels. 

Un bonne nutrition aide à créer de la résilience et à réduire le stress

Les nutriments s’épuisent vite pendant les périodes de stress chronique. Bien se nourrir permet de renforcer le corps et de gagner en énergie.

Une étude menée en 2018 indique que le magnésium et la vitamine B6 contribue à réduire le stress tandis que les acides gras oméga 3 aident à réduire le niveau de cortisol pour éviter l’épuisement, le burn-out et la fatigue selon une autre publication qui date de 2019.

L’alimentation d’une mère pendant sa grossesse impacte la santé psychique de son enfant

Enfin, Felice Jacka – professeur de psychiatrie nutritionnelle et directrice du Food & Mood Center de l’Université Deakin – a mené une étude d’envergure sur l’impact de la nutrition des mères enceintes sur la santé mentale de leurs enfants et les résultats sont saisissants : les mères qui s’alimentaient en grande partie de produits transformés, des boissons sucrées ou des snacks salés avaient des enfants plus colériques, agressifs, anxieux et tristes. Autrement dit, l’alimentation de la mère pendant la grossesse impacte la santé psychique de l’enfant.

2. La connexion cerveau-intestin : comment la nutrition impacte le cerveau ?

Comment la nutrition impacte le cerveau

La nutrition et les fonctions cérébrales

L’apport de nutriments essentiels tels que les vitamines, les minéraux et les protéines est essentiel à la formation de neurones sains capables de communiquer efficacement entre eux, ce qui a une incidence sur des fonctions cérébrales importantes comme la mémoire et l’apprentissage

En effet, les carences en éléments clés comme les acides gras oméga 3, le magnésium, la vitamine B9, le fer et le sélénium peuvent toutes avoir un impact majeur sur les processus cérébraux. Par exemple, un apport insuffisant en oméga 3 peut entraîner des déficits au niveau des performances attentionnelles, de la mémoire et de l’humeur. 

Ainsi, des études suggèrent qu’un déséquilibre des acides gras et des vitamines peut être en partie responsable du stress, des troubles anxieux ou de la dépression. Par ailleurs, une autre étude montre qu’il y a un lien étroit entre le déficit d’oméga 3 et la dépression.

De plus, un manque de minéraux vitaux tels que le magnésium peut aggraver des problèmes de santé existants tels que la dépression, l’insomnie et des niveaux élevés de stress.

Enfin, les carences en vitamines et minéraux comme la vitamine B9 ont été associées à une baisse de la santé mentale et à des retards de développement neurologique tout au long de la vie.

L’intestin : ce deuxième cerveau (à plus de 500 millions de neurones)

Notre système digestif est composé de près de 500 millions de neurones qui constituent le système nerveux entérique ou le deuxième cerveau.

Il est également peuplé d’un ensemble de micro-organismes connus sous le nom de microbiote intestinal ou de flore intestinale qui stimulent les neurones de l’intestin et communiquent avec le cerveau via le nerf vague. Autrement dit, le nerf vague sert de pont entre le cerveau et le système digestif par le biais d’influx nerveux.

L’intestin est relié au cerveau (et envoie 10 fois plus d’influx nerveux)

Aussi surprenant que cela puisse paraître, notre intestin envoie 10 fois plus d’influx nerveux au cerveau que l’inverse. Autrement dit, notre système digestif et notre alimentation ont beaucoup d’influence sur notre cerveau.

Si nous ignorons encore beaucoup de choses sur cette relation unique entre l’intestin et le cerveau, nous savons qu’elle joue un rôle important dans la régulation des émotions et a un impact sur la santé globale. Les scientifiques pensent que nos bactéries intestinales jouent un rôle essentiel en aidant à établir ce lien entre l’intestin et le cerveau.

Le lien entre microbiote, alimentation et santé mentale – Joël Doré, directeur de recherche INRA

Lisez notre article sur les meilleures probiotiques pour enrichir votre flore intestinale et ainsi soigner votre santé mentale.

3. Le stress impacte le cerveau (et la neuro-nutrition impacte le stress)

Le stress impacte le cerveau (et la neuro-nutrition impacte le stress)

Le stress chronique impacte profondément le cerveau et cela peut modifier en profondeur son fonctionnement et sa structure. Il peut provoquer : 

  • Des problèmes de mémoire et d’attention
  • Un vieillissement cérébrale
  • Une diminution de la taille du cerveau
  • Des problèmes d’apprentissage
  • L’apparition ou l’aggravation de maladies mentales
L’impact du stress chronique sur le cerveau – Pr Bruno Millet, psychiatre et Brigitte-Fanny Cohen

Bienfaits : dans quels cas utiliser la neuro-nutrition ?

Parmi les cas d’utilisation de la neuro-nutrition, on peut citer :

  • Le stress et l’anxiété
  • Les troubles de l’humeur (dépression)
  • Les troubles du sommeil (insomnie)
  • L’épuisement, la fatigue chronique
  • Le burn-out
  • Les angoisses
  • Les addictions
  • La langue saburrale ou la langue blanche
  • Troubles du comportement alimentaire
  • Le TDAH ou le TDA : Les troubles déficitaires de l’attention avec ou sans hyperactivité
  • Le déclin cérébrale (perte de mémoire, problème d’attention et de concentration)
  • L’optimisation des performances cognitives et intellectuelles
  • Les changements de poids
  • Les cas impliquants la santé du cerveau (maladie d’Alzheimer, autisme, lésions cérébrales traumatiques, AVC)

La respiration : un outils complémentaire à la neuro-nutrition

Les techniques respiratoires sont utilisées depuis des siècles pour favoriser la relaxation et le bien-être mental et physique, mais elles peuvent également constituer un complément puissant à la neuro-nutrition.

Alors que la neuro-nutrition cherche à nourrir le cerveau avec les bons nutriments et les bonnes vitamines, la respiration contribue à créer un environnement optimal pour que ces nutriments fassent effet.

Lorsque nous pratiquons une respiration profonde et consciente, cela contribue à réduire les hormones de stress et l’inflammation dans le cerveau. Ce qui permet à nos neurones de fonctionner et de communiquer plus efficacement entre eux. 

En outre, lorsque le tonus vagal (activité du nerf vague) est augmenté par des exercices de respiration, cela renforce la réponse anti-inflammatoire globale du corps. Cela crée un environnement optimal pour que les composants neuro-nutritionnels puissent prendre effet. 

Qu’il s’agisse de la respiration diaphragmatique, de la méthode 4-7-8, de la respiration carrée, de la cohérence cardiaque ou d’une autre forme de respiration profonde et consciente, en intégrant la respiration dans un plan de santé neuro-nutritionnel tout au long de la vie, nous pouvons être sûrs que notre cerveau bénéficie d’une alimentation adéquate et d’une oxygénation optimale pour un meilleur fonctionnement.

Les questions fréquemment posées sur la neuro-nutrition

A retenir sur le stress et la neuro-nutrition

  • La neuro-nutrition (ou neuro-psycho-nutrition) est une approche intégrative de la nutrition qui impacte notre bien-être et la santé de notre cerveau.
  • L’intelligent nutrition ou nutrition raisonnée est un principe auxiliaire à la neuro nutrition qui consiste à se nourrir en fonction des besoins réels de notre corps, notre psychisme et de notre cerveau.
  • La respiration profonde et consciente peut contribuer à créer un environnement optimal pour que les nutriments fassent effet, à réduire les hormones de stress et à augmenter le flux vagal.
  • Intégrer la respiration dans un programme de neuro-nutrition c’est s’assurer que notre cerveau reçoit une nutrition et une oxygénation adéquates pour un meilleur fonctionnement.
  • Cette pratique ne doit pas être considérée comme un remplacement des soins médicaux traditionnels, mais plutôt comme une solution complémentaire
  • Consultez votre médecin ou neuro-nutritionniste pour mettre en place un programme avant de vous engager dans des régimes alimentaires miracles. Une prise en charge personnalisée est nécessaire.
Merci de votre partage :)

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *